Le rasoir d’Hanlon

Le rasoir d’Hanlon est une règle de raisonnement permettant d’éliminer des hypothèses. Formulée en 1980 par Robert J. Hanlon, cette règle s’énonce de la manière suivante :

« Ne jamais attribuer à la malveillance ce que la bêtise suffit à expliquer ».

La règle tire son nom du rasoir d’Ockham, qui pose un principe de simplicité, tant au niveau métaphysique, en recommandant de ne pas multiplier les conjectures sur les entités, qu’au niveau méthodologique, en recommandant de ne pas multiplier les hypothèses.
Elle revient donc à considérer soit qu’il est plus simple et donc plus plausible de supposer la bêtise plutôt que la malveillance, la première étant plus vraisemblable en général, soit qu’il est inutile d’ajouter la conjecture d’une intention maligne à celle d’un manque de compétence. Cette règle ne caractérise toutefois la bêtise qu’au plan du comportement.
D’autres notions, celles de biais cognitif, de principe de charité ou d’effet pervers, permettent d’éviter que l’opposition entre malveillance et bêtise ne devienne un faux dilemme.
La formulation anglaise habituelle du rasoir d’Hanlon est la suivante :
« Never attribute to malice that which is adequately explained by stupidity ».

Le rasoir d’Hanlon se traduirait donc en français de la manière suivante :

« Ne jamais attribuer à la malveillance ce que la bêtise (incompétence) suffit à expliquer ».

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Comments are closed.