Lesson of life…

Late last year, two young men decided to live a month of their lives on the income of an average poor Indian. One of them, Tushar, the son of a police officer in Haryana, studied at the University of Pennsylvania and worked for three years as an investment banker in the US and Singapore. The other, Matt, migrated as a teenager to the States with his parents, and studied in MIT. Both decided at different points to return to India, joined the UID Project in Bengaluru, came to share a flat, and became close friends.

The idea suddenly struck them one day. Both had returned to India in the vague hope that they could be of use to their country. But they knew the people of this land so little. Tushar suggested one evening — “Let us try to understand an ‘average Indian’, by living on an ‘average income’.” His friend Matt was immediately captured by the idea. They began a journey which would change them forever.

To begin with, what was the average income of an Indian? They calculated that India’s Mean National Income was Rs. 4,500 a month, or Rs. 150 a day. Globally people spend about a third of their incomes on rent. Excluding rent, they decided to spend Rs. 100 each a day. They realised that this did not make them poor, only average. Seventy-five per cent Indians live on less than this average.

The young men moved into the tiny apartment of their domestic help, much to her bemusement. What changed for them was that they spent a large part of their day planning and organising their food. Eating out was out of the question; even dhabas were too expensive. Milk and yoghurt were expensive and therefore used sparingly, meat was out of bounds, as were processed food like bread. No ghee or butter, only a little refined oil. Both are passionate cooks with healthy appetites. They found soy nuggets a wonder food — affordable and high on proteins, and worked on many recipes. Parle G biscuits again were cheap: 25 paise for 27 calories! They innovated a dessert of fried banana on biscuits. It was their treat each day.

Restricted life

Living on Rs.100 made the circle of their life much smaller. They found that they could not afford to travel by bus more than five km in a day. If they needed to go further, they could only walk. They could afford electricity only five or six hours a day, therefore sparingly used lights and fans. They needed also to charge their mobiles and computers. One Lifebuoy soap cut into two. They passed by shops, gazing at things they could not buy. They could not afford the movies, and hoped they would not fall ill.

However, the bigger challenge remained. Could they live on Rs. 32, the official poverty line, which had become controversial after India’s Planning Commission informed the Supreme Court that this was the poverty line for cities (for villages it was even lower, at Rs. 26 per person per day)?

Harrowing experience

For this, they decided to go to Matt’s ancestral village Karucachal in Kerala, and live on Rs. 26. They ate parboiled rice, a tuber and banana and drank black tea: a balanced diet was impossible on the Rs. 18 a day which their briefly adopted ‘poverty’ permitted. They found themselves thinking of food the whole day. They walked long distances, and saved money even on soap to wash their clothes. They could not afford communication, by mobile and internet. It would have been a disaster if they fell ill. For the two 26-year-olds, the experience of ‘official poverty’ was harrowing.

Yet, when their experiment ended with Deepavali, they wrote to their friends: “Wish we could tell you that we are happy to have our ‘normal’ lives back. Wish we could say that our sumptuous celebratory feast two nights ago was as satisfying as we had been hoping for throughout our experiment. It probably was one of the best meals we’ve ever had, packed with massive amounts of love from our hosts. However, each bite was a sad reminder of the harsh reality that there are 400 million people in our country for whom such a meal will remain a dream for quite some time. That we can move on to our comfortable life, but they remain in the battlefield of survival — a life of tough choices and tall constraints. A life where freedom means little and hunger is plenty…

Plenty of questions

It disturbs us to spend money on most of the things that we now consider excesses. Do we really need that hair product or that branded cologne? Is dining out at expensive restaurants necessary for a happy weekend? At a larger level, do we deserve all the riches we have around us? Is it just plain luck that we were born into circumstances that allowed us to build a life of comfort? What makes the other half any less deserving of many of these material possessions, (which many of us consider essential) or, more importantly, tools for self-development (education) or self-preservation (healthcare)?

We don’t know the answers to these questions. But we do know the feeling of guilt that is with us now. Guilt that is compounded by the love and generosity we got from people who live on the other side, despite their tough lives. We may have treated them as strangers all our lives, but they surely didn’t treat us as that way…”

So what did these two friends learn from their brief encounter with poverty? That hunger can make you angry. That a food law which guarantees adequate nutrition to all is essential. That poverty does not allow you to realise even modest dreams. And above all — in Matt’s words — that empathy is essential for democracy.

Posted in Uncategorized | Comments Off on Lesson of life…

Être Belge…

Pour info …ce n’est pas de moi mais je trouve ce texte très bien écrit. L’auteur ne m’est pas connu …..

Être Belge, C’est un doux surréalisme, aux saveurs de croquettes aux crevettes, de moules-frites, de gauff’ de Liège en dégustant le meilleur chocolat et les meilleures bières au monde. Et pétiller au chant d’Éole en compagnie de Ruffus..

Être Belge, C’est se sentir Magritte en costume de Tintin ou de Spirou. Contempler Rubens, Van Dijk ou Brueghel sur un air de Sax(o). Entrer dans une gare de Delvaux en compagnie du chat de Geluck, de la mouette de Lagaffe ou des schtroumpfs. Contempler la taille du Manneken et compter les boules de l’Atomium en lisant Van Cauwelaert, Nothomb ou Yourcenar. C’est se rappeler que Tintin a été le premier à marcher sur la lune… et frimousser en pensant à Dirk Frimout, notre astronaute, exemplaire vivant du professeur Tournesol.

Être Belge, c’est piloter comme Ickx, cycler comme Merckx, voltiger comme Joël Robert. C’est un smash de Hénin, une volée de Clijsters ou un ace de Goffin. C’est aussi Eden Hazard. C’est chanter Brel, Adamo, les Wallace Collection ou le Grand Jojo avec un chapeau d’Elvis Pompilio sur la tête d’Annie Cordy. C’est fredonner Stromae, Maurane, Lara Fabian, Selah Sue, Alice on the Roof, Plastic Bertrand ou Axelle Red.

Être Belge, C’est Poelvoorder avec Arno, Bernard Yerlès, Patrick Ridremont et François Damiens, sur un air de Toots Thielemans et Django Reinhardt en sublimant Efira ou Marie Gillain et en se souvenant de Pierre Rapsat. C’est la pipe de Simenon – qui en est bien une – et le génie jeudemotesque de De Groodt, digne fils spirituel de Devos. C’est s’appeler De France quand on se prénomme Cécile et c’est philosopher comme JCVD.

Être Belge, C’est discuter cinéma avec les frères Dardenne et Van Dormael dans une maison de Horta où a habité Simenon. C’est avoir conscience de la réalisation de Solvay et de l’œuvre de Rops. Et ne pas oublier les sacrifices du Père Damien et de Mère Thérésa…

Être Belge enfin, c’est être fier de soi et de son pays.

Posted in Uncategorized | Comments Off on Être Belge…

Rumi…

If night never came, people would waste themselves pursuing all that they desire.
They would give their own bodies to be consumed for the sake of their desires and greed,
but night appears, a treasure of Mercy…

Rumi

Posted in Uncategorized | Comments Off on Rumi…

Leçon d’humilité

Le 14 février 1990 la sonde Voyager 1, alors qu’elle se trouve à plus de 6 milliards de kilomètres de la Terre et avant de dire définitivement adieu au système solaire, prend un cliché mémorable et émouvant. On y voit un point bleu pâle, minuscule, qui passe presque inaperçu : c’est notre Terre ! A propos de cette photo Carl Sagan a écrit un monologue qui restera à jamais gravé dans l’histoire spatiale :

« Regardez ce point. C’est ici. C’est notre foyer. C’est nous. Dessus se trouvent tous ceux que vous aimez, tous ceux que vous connaissez, tous ceux dont vous n’avez jamais entendu parler, tous les êtres humains qui aient jamais vécu. La somme de nos joies et de nos souffrances. Des milliers de religions, d’idéologies et de doctrines économiques remplies de certitudes. Tous les chasseurs et cueilleurs, tous les héros et tous les lâches, tous les créateurs et destructeurs de civilisations. Tous les rois et paysans, tous les jeunes couples d’amoureux, tous les pères, mères, enfants remplis d’espoir, inventeurs et explorateurs. Tous les moralisateurs, tous les politiciens corrompus, toutes les “superstars”, tous les “guides suprêmes”, tous les saints et pécheurs de l’histoire de notre espèce ont vécu ici… Sur ce grain de poussière suspendu dans un rayon de soleil.
La Terre est une scène minuscule dans l’immense arène cosmique. Songez aux rivières de sang déversées par tous ces généraux et empereurs afin que, nimbés de triomphe et de gloire, ils puissent devenir les maîtres temporaires d’une fraction… d’un point. Songez aux cruautés sans fin infligées par les habitants d’un recoin de ce pixel aux habitants à peine différents d’un autre recoin. Comme ils peinent à s’entendre, comme ils sont prompts à s’entretuer, comme leurs haines sont ferventes. Nos postures, notre soi-disant importance, l’illusion que nous avons quelque position privilégiée dans l’univers, sont mises en perspective par ce point de lumière pâle.
Notre planète est une poussière isolée, enveloppée dans la grande nuit cosmique. Dans notre obscurité, dans toute cette immensité, rien ne laisse présager qu’une aide viendra d’ailleurs, pour nous sauver de nous-mêmes. La Terre est jusqu’à présent le seul monde connu à abriter la vie. Il n’y a nulle part ailleurs, au moins dans un futur proche, vers où notre espèce pourrait migrer. Visiter, oui. S’installer, pas encore. Que vous le vouliez ou non, pour le moment, c’est sur Terre que nous nous trouvons.
On dit que l’astronomie incite à l’humilité et forge le caractère. Il n’y a peut-être pas de meilleure démonstration de la vanité humaine que cette lointaine image. Pour moi, cela souligne notre responsabilité de cohabiter plus fraternellement les uns avec les autres, et de préserver et chérir le point bleu pâle, la seule maison que nous ayons jamais connue. »
Carl Sagan, Pale Blue Dot, 1994.
Sur les traces des sondes Voyager : https://youtu.be/HlrthGQMlYs

Posted in Uncategorized | Comments Off on Leçon d’humilité

Un héros ?


“Qu’est-ce qu’un héros ? Celui qui n’abdique pas, qui ne s’abstient jamais, qui dépasse les obstacles pour avancer. Comme armes mentales, il utilise le courage, l’opiniâtreté, l’optimisme.
Beethoven est un héros. Il a résisté à toutes les attaques. Le hasard le jette dans un environnement médiocre, entre un père ivrogne et une mère domestique ? Il s’élève quand même. Cupide, ténor raté, son père le contraint à apprendre le clavecin à coups de gifles, le violon à coups de pied, il affame son fils, l’insulte, l’humilie ? Beethoven adore pourtant la musique. Ses parents lui dispensent peu d’affection, ne sachant pas très bien en quoi cela consiste ? Qu’importe, Beethoven aimera l’amour. À vingt-six ans, la surdité le frappe, l’endolorit, l’isole chaque jour davantage ? À part ses trois premiers opus, il écrira son œuvre entière affligé de ce handicap. Privé par son mal des liens sociaux, amicaux, conjugaux, condamné à la solitude, il ne connaît guère de plaisirs ? L’infirme écrira néanmoins un Hymne à la joie au crépuscule de sa vie.
Avant de devenir notre héros, Beethoven fut le héros de sa propre existence.
Il ne baissa jamais les bras.
Seule la mort en vint à bout ! Et encore, je n’en suis pas sûr car, deux cents ans plus tard, Beethoven demeure : on joue ses pièces, on le statufie, on le révère, on glose sur lui. Quoique la Faucheuse ait voulu le chasser de la scène, Ludwig van est revenu. Invincible…”
(Quand je pense que Beethoven est mort – Eric-Emmanuel Schmitt)

Posted in Uncategorized | Comments Off on Un héros ?

Être de Gauche ?

« Qu’est-ce qu’être de gauche ?
A mes yeux, c’est se ressourcer dans une multiple racine : libertaire (épanouir l’individu), socialiste (amélioration de la société), communiste (communauté et fraternité), et désormais écologique afin de nouer une relation nouvelle à la nature.
Etre de gauche c’est, également, rechercher l’épanouissement de l’individu, et être conscient que l’on n’est qu’une infime parcelle d’un gigantesque continuum qui a pour nom humanité.
L’humanité est une aventure, et “être de gauche” invite à prendre part à cette aventure inouïe avec humilité, considération, bienveillance, exigence, créativité, altruisme et justice.
Etre de gauche, c’est aussi avoir le sens de l’humiliation et l’horreur de la cruauté, ce qui permet la compréhension de toutes les formes de misère, y compris sociales et morales.
Etre de gauche comporte toujours la capacité d’éprouver toute humiliation comme une horreur. »
Edgar Morin
Philosophe et sociologue

Posted in Uncategorized | Comments Off on Être de Gauche ?

Quand François De Smet évoque le danger Zemmour

ZEMMOUR ET L’ABANDON IDENTITAIRE

La présence d’Eric Zemmour dans le débat présidentiel français constitue une menace démocratique sérieuse. Son score additionné à Mme Le Pen place l’extrême droite à 30% des voix dans un premier tour. Du jamais vu. La menace est réelle: s’il se maintient – et on ne voit guère, à ce stade, ce qui enrayerait la dynamique – un scénario de second tour pour le polémiste est plausible.

La responsabilité des médias est écrasante: désormais prisonniers de la créature qu’ils ont contribué à créer, ils font vivre cette aventure inédite comme un film d’horreur devant lequel on se réjouit de frissonner et de faire frissonner, audimat à l’appui. Sans se rendre compte que le film est bien réel.

Mais le poids des médias ne serait rien si le message et celui qui le portent ne faisaient pas irruption dans une époque qui est à point pour les recevoir. Il devient urgent de tenter de comprendre de quoi Zemmour est le nom.

Je n’ai jamais lu un livre d’Eric Zemmour. Par contre – chose amusante – Zemmour a lu l’un des miens. Mieux: il en a fait une critique pour le Figaro.

C’était début 2019, dans un temps pourtant récent où ni lui ni moi ne faisions de politique. L’éditorialiste prend alors la plume lors de la parution de mon livre “Eros Capital”. Cet ouvrage proposait d’envisager que l’amour et le sexe avaient toujours constitué, dans l’histoire de l’humanité, un marché qui n’a jamais osé assumer son nom. De tous mes livres, c’est celui qui a été le moins bien reçu, et le plus souvent réduit à une caricature par ceux qui ne l’ont pas lu. Sa thèse principale a offert à ce livre une réputation un brin sulfureuse qu’il ne méritait pas. Or, Zemmour fut le premier à en rédiger une critique, le jour même de sa parution. Louant quelques qualités du livre, il me dézingue néanmoins pour mon attachement irraisonné au principe d’égalité entre hommes et femmes:

“François de (sic) Smet n’a nulle envie d’être écartelé et exécuté, même symboliquement. Notre philosophe est courageux mais pas téméraire. Smet agit comme ces courtisans qui osaient dire la vérité au roi mais introduisaient leur propos de multiples révérences et compliments. Il sait où sont les puissants et va donc s’agenouiller devant le dieu de l’époque.”

Autrement dit: Zemmour fut déçu car il a cru – à tort, en effet – trouver un allié. Lui s’appuie sur des considérations biologiques pour décrédibiliser les sciences sociales et considérer que le féminisme est d’essence totalitaire; moi j’estime qu’il n’y a pas de contradiction entre la mise au jour des réalités biologiques qui ont façonné l’espèce humaine, en ce compris certaines différences genrées, et la nécessaire et indispensable égalité entre hommes et femmes. Ceux et celles qui s’intéressent à ce débat peuvent lire l’intégralité de la critique ou mieux encore le livre lui-même (https://francoisdesmet.blog/2019/01/03/eros-capital-les-lois-du-marche-amoureux/)

Mon propos ici est de montrer que le raisonnement de Zemmour dans le cas d’espèce reflète exactement la nature du danger qu’il pose et du piège dans lequel la France – à commencer par les médias, les instituts de sondage et la droite républicaine – sont en train de tomber à pieds joints. S’il donne l’impression de parler à une frange croissante de l’électorat, c’est parce qu’il n’a jamais changé de ton ni d’idéologie dans un environnement qui, par peur, lui laisse les coudées franches dans l’appréhension d’une série de sujets – au point qu’il en apparaisse un spécialiste légitime car non contredit. Mais c’est surtout parce qu’il va chercher dans les faits – scientifiques, historiques – parfois vrais mais le plus souvent revisités, de quoi proposer un récit cohérent sur la manière dont le monde va et doit aller. Autrement dit, Zemmour est un pur mécaniste : telles causes ne peuvent que nous emmener vers telles conséquences. C’est un grand classique du populisme: nous sommes entraînés par le sens de l’Histoire, tirez-en les peurs et les conséquences utiles. Pour que ça marche, il faut procéder par essentialisme: “la France”, “les musulmans”, “les femmes” sont des réalités fixes et non négociables, qui n’évolueront pas dans le temps, et dont l’affrontement mutuel constituerait dès lors la seule issue. C’est simple, ça élude la complexité du monde et des identités, mais ça flatte ce qui chez l’être humain, et chez l’électeur, aime les binômes entre cause et effet qui nourrissent une conception du monde facile, où l’on est constamment victime, où nos problèmes sont de la faute des autres – par exemple les politiques, les étrangers, l’Europe – et où la destruction de cet autre, d’une manière ou d’une autre serait la seule issue, dans un quelconque combat de civilisations par exemple.

Tout ceci serait aisément considéré comme grotesque et ne tiendrait pas dix minutes dans un débat académique de moyenne facture. Hélas, nous sommes en politique, et en l’occurence dans une époque politique ouvrant de manière sidérante ses flancs au populisme le plus facile. Et si ce populisme trouve sa place, c’est parce qu’on l’a lui a laissée, depuis des années. C’est l’autre volet du problème, et il n’a pas attendu le célèbre polémiste pour exister.

Zemmour est là parce qu’il remplit un vide: celui, béant, laissé par un politiquement correct qui interdit, sous peine de disqualification immédiate, de traiter de sujets identitaires.

Trop longtemps, droite et gauche classiques ont considéré que l’ensemble des problèmes politiques étaient de nature exclusivement socio-économique, que les questions identitaires (qui sommes-nous, le genre, la diversité, la migration, la laïcité…) devaient être laissées aux extrêmes, et que le fait même d’en parler était dangereux. Antienne qui a la vie dure: lorsque surgit dans le débat public, par exemple, la question des signes religieux ostentatoires, généralement non par la volonté d’un acteur politique mais par le biais d’une décision de justice sanctionnant le flou et l’inaction des pouvoirs publics, ceux qui osent traiter de la neutralité des services publics ou de la prépondérance de la laïcité sur les convictions se voient rapidement renvoyer dans les cordes sur le thème “il y a a des sujets plus importants” ou, s’ils persistent, courent un risque sérieux de se voir traiter de promouvoir la discrimination, le racisme ou l’islamophobe. Je parle, hélas, en connaissance de cause.

Le problème est qu’à force de démonétiser toute prise de position démocratique sur l’identité comme flirtant avec les extrêmes, on en fait de facto un sujet traité par les seuls extrêmes. Et lorsqu’arrive un Zemmour décomplexé à la parole entièrement libre, lorsqu’arrive un acteur réellement raciste et xénophobe, qui distribue les horreurs tels des missiles, il peut déployer sa haine dans un environnement prêt à l’accueillir. Un environnement si tétanisé par les questions identitaires que même Marine Le Pen apparaît à présent comme molle face au nouveau parangon de l’identité. Au point que, chose inimaginable en Belgique, les médias – par pur opportunisme commercial et non par idéologie, certes – lui déroulent un tapis rouge sous la forme contemporaine des bordereaux des chaînes d’information en continu.

La menace est d’autant plus redoutable que les saillies xénophobes et les purs mensonges sont entrecoupés de quelques vérités, ce qui rend difficile le travail de contre-argumentation. Ainsi, quand Zemmour explique que l’Islam est une religion, une civilisation et aussi un code juridique, pénal comme civil, et qu’il déduit de cette assertion – vraie – que l’islam serait insoluble dans la République, il oublie de rappeler que toutes les religions, en vérité, constituent des codes de comportement sanctionnés par des textes sacrés. Nos démocraties modernes ont dû s’établir contre ces corpus religieux pour imposer la loi civile; mais le christianisme n’était a priori pas davantage soluble dans “la République” que l’Islam. Il n’en reste pas moins que les démocraties modernes ont montré qu’elles pouvaient, par leur dynamique d’intégration, s’imposer sur tous les systèmes religieux, tout en protégeant la faculté de chacun de croire et d’exercer son culte. A dire vrai, les démocraties modernes se sont précisément construites contre les religions instituées, en reléguant leur pratique dans la sphère privée et en les privant de pouvoir politique. Pourquoi ce qui a été possible avec le Christianisme ne le serait pas avec l’islam ? En stigmatisant l’islam comme impossible à fondre dans la République, Eric Zemmour essentialise une religion en postulant que tous les musulmans, par définition, feront toujours prévaloir leur identité religieuse sur leur identité civile. Ce qui est un postulat insultant et gratuit.

Au fond, il y a deux écoles: d’une part ceux, plutôt à gauche, qui considéreront que c’est en parlant de ces sujets que finissent par surgir des Zemmour ou des extrêmes, avec la complaisance des médias; et ceux qui, comme moi, pensent que c’est en ne parlant pas de ces sujets que l’on se retrouve avec des Trump, un Brexit ou un Vlaams Belang. En effet, qu’on le veuille ou non, les questions identitaires vivent dans la population. S’il est vrai qu’il ne s’agit pas de la préoccupation première des électeurs (dans les sondages thématiques, la santé ou le climat arrivent toujours en amont), ce sont des sujets qui irriguent tous les autres, qui travaillent les esprits et qui peuvent faire basculer une élection. Tout simplement parce que, en politique, l’émotion peut toujours l’emporter sur la raison, et que la nature de ces thèmes est qu’ils prennent aux tripes les citoyens animés d’une peur universelle: celle de la disparition. La disparition par le recul d’une langue, d’une culture, d’une identité. C’est une peur universelle et légitime, et qui est présente d’ailleurs chez tout le monde: à la fois chez les populations d’origine étrangère qui craignent de disparaître par assimilation, et chez les populations présentes depuis longtemps, qui voient leur quotidien changer, leurs normes fondamentales bousculées, et qui craignent que leur pays, leur ville change au point qu’ils n’y aient plus leur place. Lorsque cette peur s’impose, le syndrome des agendas cachés n’est jamais loin.

Oui, Zemmour est un idéologue raciste, xénophobe et dangereux. Oui, il doit être combattu d’urgence et sans ménagement.

D’une part, il faut combattre Zemmour et ses arguments en pleine lumière, pied à pied. En ce compris sur l’Histoire et les sciences. Cela concerne la droite républicaine, en premier lieu, bien trop modérée face à cette menace, et qui se perdra si elle s’en fait le simple écho. Elle doit réagir beaucoup plus durement et ne pas laisser confisquer son camp par les diatribes populistes. Cela veut dire démontrer son racisme et sa xénophobie de manière implacable. Et ne rien laisser passer.

D’autre part, il faut oser investir les questions identitaires et le faire de manière démocratique. Le meilleur moyen de défendre la laïcité, c’est de ne pas la laisser une seconde aux extrémistes, et de rappeler qu’elle est la condition du vivre-ensemble et la meilleure protection de toutes les convictions. Le meilleur moyen d’apaiser les questions identitaires, c’est de montrer que la diversité a toujours existé, qu’aucune identité n’a jamais été monochrome, et que les valeurs universelles qui sont les nôtres ne sont pas en contradiction avec la revendications de certaines racines; que l’enjeu est simplement de faire prévaloir, dans nos normes et nos valeurs, l’universel contre les particularismes. Nous avons la diversité; mais nous n’avons pas le mélange.

Si nous n’y parvenons pas, la vague qui a porté Trump, le Brexit, Salvini et Zemmour, quand bien même serait-elle contrée en 2022, reviendra de plus en plus forte, jusqu’à nous emporter tous.

Posted in Uncategorized | Comments Off on Quand François De Smet évoque le danger Zemmour

Ne reste pas là…

Ne reste pas là à pleurer devant ma tombe
Je n’y suis pas, je n’y dors pas…
Je suis le vent qui souffle dans les arbres
Je suis le scintillement du diamant sur la neige

Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr
Je suis la douce pluie d’automne…
Quand tu t’éveilles dans le calme du matin
Je suis l’envol de ces oiseaux silencieux

Qui tournoient dans le ciel…
Alors ne reste pas là à te lamenter
Devant ma tombe
Je n’y suis pas, je ne suis pas mort !

Pourquoi serais-je hors de ta vie simplement Parce que je suis hors de ta vue ?
La mort tu sais, ce n’est rien du tout.
Je suis juste passé de l’autre côté.

Je suis moi et tu es toi.
Quelque soit ce que nous étions
L’un pour l’autre avant,
Nous le resterons toujours.

Pour parler de moi, utilise le prénom
Avec lequel tu m’as toujours appelé.
Parle de moi simplement comme tu l’as Toujours fait.

Ne change pas de ton
Ne prends pas un air grave et triste.
Ris comme avant aux blagues
Qu’ensemble nous apprécions tant.

Joue, souris, pense à moi
Vis pour moi et avec moi.
Laisse mon prénom être le chant réconfortant Qu’il a toujours été.

Prononce-le avec simplicité et naturel,
Sans aucune marque de regret.
La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié. Tout est toujours pareil, elle continue,

Le fil n’est pas rompu.
Qu’est-ce que la mort sinon un passage ? Relativise et laisse couler
Toutes les agressions de la vie,

Pense et parle toujours de moi
Autour de toi et tu verras, tout ira bien.
Tu sais, je t’entends, je ne suis pas loin
Je suis là, juste de l’autre coté.

Mary Elizabeth Frye.

Posted in Uncategorized | Comments Off on Ne reste pas là…

Julos Beaucarne, poète de chez nous

Nous sommes les oiseaux d’une île nouvelle,
tout est toujours à recommencer,
Nous allons créer d’autres cris d’oiseaux,
Tout est toujours à recommencer,
Nous allons créer des fontaines,
et une eau propre,
et un ciel clair,
Nous allons laver nos yeux et nos larmes,
Aux chutes du fleuve avenir,
tout est toujours à recommencer,
Nous allons escalader les désastres,
Pour y planter la vie,
Nous allons au sommet de cet Everest de peine,
A force de courir,
A force de pâlir,
A force de nous cogner aux murs de ce bas monde,
Nous déboucherons dans les plaines de la sagesse
Et moi je te hisserai devant moi,
Comme la proue d’un vaisseau en pleine mer démontée.
Tout est toujours à recommencer,
Sur ma Pompéi ensevelie,
J’intallerai un nouveau Pays,

Julos Beaucarne

Posted in Uncategorized | Comments Off on Julos Beaucarne, poète de chez nous

First sign of civilization

Years ago, anthropologist Margaret Mead was asked by a student what she considered to be the first sign of civilization in a culture. The student expected Mead to talk about fishhooks or clay pots or grinding stones.

But no. Mead said that the first sign of civilization in an ancient culture was a femur (thighbone) that had been broken and then healed. Mead explained that in the animal kingdom, if you break your leg, you die. You cannot run from danger, get to the river for a drink or hunt for food. You are meat for prowling beasts. No animal survives a broken leg long enough for the bone to heal.

A broken femur that has healed is evidence that someone has taken time to stay with the one who fell, has bound up the wound, has carried the person to safety and has tended the person through recovery. Helping someone else through difficulty is where civilization starts, Mead said.”

We are at our best when we serve others. Be civilized.

  • Ira Byock.
Posted in Uncategorized | Comments Off on First sign of civilization